Les peuples de la Horde

jeudi, février 14, 2019 Iris d'Automne 1 Comments

Vous qui suivez ce blog avez souvent entendu parler du Kaan, cette terre de steppes d'où sont venues les hordes menées par Tamerakh le destructeur -- du temps où il n'était pas encore un dieu et n'avait pas encore détruit sa capitale -- puis par d'autre Khan. Du point de vue des habitants de la Cité Franche, la horde n'est qu'un ramassis de brutes sanguinaires venant piller et détruire les contrées civilisées. Comme souvent les choses sont plus nuancées quand on les examine de plus près.

Les merosis (ou demi-orcs) sont ainsi connus pour avoir apporté plusieurs grands philosophes et poètes au monde. Les hobgobelins se structurent de plus en plus, et pourraient réserver des surprises à l'avenir. Les gobelins souvent méprisés et perçus comme stupides ou veules sont capables de stratégie, de courage et de sens artistique. Par ailleurs le continent Kaani compte aussi des peuples mystérieux et mystiques, à l'image des ulkani, très attentifs au sort du monde.

La composition de la horde


La Horde est constituée de nombreuses tribus, elles-mêmes composées de plusieurs clans. Un kaan qui veut tous les mener à la bataille doit être à la fois fort et subtil, sachant aussi bien manier les armes que la diplomatie. Quelques sauvages que paraissent les dirigeants de la Horde, s’ils ont pu atteindre et maintenir leur rang, ils sont aussi très certainement doués d’un grand sens politique. Comme le système est presque exclusivement méritocratique, l’équilibre des forces peut très vite se modifier, évoluer au gré des générations et des alliances.

• Le clan est l’unité sociale de base. Les membres sont souvent de la même espèce mais ce n’est pas une obligation. L’appartenance est avant tout volontaire, faite d’acceptation mutuelle et du désir de vivre ensemble.

• Chaque clan est dirigé par son membre le plus fort ou le plus rusé. Il s’agit d’une méritocratie très stricte : les membres du clan ont toujours le droit d’abandonner un chef qui serait d’après eux devenu faible – physiquement ou mentalement. Les individus libres d’un clan sont tous évalués selon ces critères. Ne pas se montrer à la hauteur des attentes du groupe – par exemple en fuyant ou en trahissant – expose au mieux au bannissement, au pire à la mort.

• La tribu rassemble tous les clans partageant les mêmes lois, les mêmes rites et la même culture.

• Le mode de direction des tribus est très variable. Il peut s’agir d’un conseil d’anciens réputés sages, ou bien de veuves de chefs de clan, ou d’un chef élu par les guerriers, ou encore d’un roi tiré au sort. Les coutumes sont souvent étonnantes, paraissant parfois absurdes ou cruelles.

• Celui qui aspire à devenir le grand chef de la Horde – le khan – doit démontrer sa valeur aux chefs des tribus, tout en s’assurant d’être respecté par les chefs de clan.


 Un troupier kobold, par Gawain


PS : les kobolds, comme beaucoup de peuples de la horde figurent parmi les espèces jouables. Ces descriptions d'espèces peuvent aussi servir pour le meneur à ajuster les profils tel qu'assassin, vétéran ou gladiateurs par exemple. Et pourquoi pas un archimage hobgobelin ou un berserker kobold ?

--

 Pour aller plus loin...

◾ Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir une notification à la sortie d'un nouveau livre ou au lancement d'un prochain financement participatif : http://eepurl.com/bWdFyv
◾ Participez au forum : https://forum.studio-agate.com/

1 commentaires:

Le mystérieux peuple ulkan

mercredi, février 06, 2019 Iris d'Automne 4 Comments

Mesurant entre 2 et 3 m, et parfois jusqu’à 3,50 m pour les plus grands, les puissants ulkani vivent dans des chefferies du sud du Kaan. D’après les légendes, ils auraient du sang de géant et de céleste dans leurs veines, faisant d’eux aussi bien des guerriers exceptionnels que des guides spirituels.

Un peuple méconnu 


Hors du Kaan, peu de gens connaissent le peuple ulkan, et le plus souvent au travers de rumeurs. Les ignorants les prennent même parfois pour des minotaures ou des fiélons ! Ils ne sont rien de tout cela. Le plus souvent ce sont des éleveurs et des chasseurs. Ils vivent dans des régions montagneuses, supportant les rigueurs de l’hiver et la fournaise de l’été avec équanimité.

Beaucoup parmi eux sont des musiciens, conteurs et danseurs accomplis. Ils commémorent l’ère des géants façonneurs, la destruction purificatrice du monde ancien, et la création du monde actuel. Dans leur mythologie, le monde connait des cycles de création et de destruction. Certains parmi eux sont fatalistes, vivant au présent et attendant la fin qui arrivera quand elle arrivera. D’autres se sentent investis d’une mission de protection et purification : le monde n’aura pas besoin d’être détruit du Mal qui court à sa surface si on le détruit au préalable. Les sanctuaires mégalithiques édifiés dans les hautes montagnes sont le lieu de recueillement de méditants qui reçoivent des visions divines. Ils écrivent les prophéties, les étudient et parfois les transmettent à des destinataires loin du Kaan.

Le devoir, la mémoire et la tradition sont très respectés dans ce peuple, mais il existe toujours des individus plus curieux que les autres. De leur propre initiative, ou bien incités par un concours de circonstance, ils partent découvrir le monde et forger leur propre jugement.

Un physique décrivant l’être intérieur 


Le corps des ulkani reflète fidèlement plusieurs de leurs caractéristiques. Cette particularité a abouti à une réputation de sincérité de ce peuple. Les ulkani de grandes taille et dotés de grandes cornes sont admirés, respectés ou craints.

Cornes. La taille des cornes d’un ulkan dépend de sa force intérieure. La forme prise par les cornes est très variable. Certaines sont enroulées, d’autres partent vers l’avant du crâne, ou sur les côtés.
Corpulence. La taille d’un ulkan croît avec sa Force et sa Constitution.
 • Taches sur l’épiderme. Quand un ulkan est serein et bienveillant, sa peau a des reflets brillants qui évoquent le micaschiste ; à l’inverse, quand il est colérique, malveillant, ou animé d’un désir de mort, sa peau se couvre de taches sombres, de plus en plus nombreuses à mesure que le mal progresse.


Une prêtresse ulkani dans les montagnes dont son peuple est originaire, par Gawain


PS : les ulkani et les valkyres sont des espèces jouables ! 

--

 Pour aller plus loin...

◾ Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir une notification à la sortie d'un nouveau livre ou au lancement d'un prochain financement participatif : http://eepurl.com/bWdFyv
◾ Participez au forum : https://forum.studio-agate.com/

4 commentaires: