La science de l'oxydation

lundi, mai 29, 2017 Iris d'Automne 1 Comments

"Aventuriers, je vous ai réuni aujourd'hui pour discuter d'un projet qui, s'il était mené à bien, pourrait tous nous enrichir considérablement. Bien évidemment, il comporte de nombreux risques. 

Vous connaissez tous les oxydeurs, ces sortes d'arthropodes géants qui s'en prennent aux porteurs d'objets métalliques et qui les dévorent une fois réduits à l'état de rouille. Ils sévissent surtout dans l'Inframonde et figurent parmi les principaux problèmes rencontrés parmi les colonies naines. 

Vous savez que les oxydeurs sont chassés, à la fois pour la nuisance qu'ils représentent que pour l'intérêt présenté par leur carapace en chitine -- un matériau à la fois léger et solide, présentant quantité d'usage !

A présent laissez-vous vous parler de ce qui a changé. J'ai eu d'intéressantes discussions avec des érudits et des alchimistes. Ils ont étudiés l'état d'armes abîmées voire détruites par des oxydeurs. Il s'agit d'après eux très précisément du même phénomène que celui de la rouille -- cela, vous vous en doutiez --, mais cette rouille est elle-même une oxydation. Or, elle peut se produire naturellement. Nous avons examiné une étrange terre rouge qu'on trouve sur de grandes étendues dans certaines régions de Bandiko-Mibu. Il s'agit de minerais oxydé. 

Je vous passe les détails, mais voilà la conclusion : si l'oxydeur mange du métal oxydé, il y a des chances qu'il puisse se nourrir directement de terre naturellement oxydée. Dès lors, on pourrait envisager l'ouverture d'une ferme d'oxydeur quelque part à Bandi-Komibu !"



Les aventuriers se regardèrent les uns les autres, un peu dubitatifs. En somme cet excentrique leur proposait de chercher une femelle oxydeur chargée d’œufs (ou bien pire, un couple !), de la transporter avec succès sur des centaines voire des milliers de kilomètres, de l'amener (ou les amener) dans une ferme -- qu'il faudrait bâtir et entretenir, dans un climat aride et une chaleur étouffante -- avant d'organiser l'élevage -- de créatures dangereuses -- et l'exportation de la chitine.

Sans un mot, les aventuriers hochèrent la tête et le halfelin qui servait de porte-parole répondit : "Nous vous remercions pour votre confiance, mais je regrette, nous allons devoir décliner. Nous avons reçu une autre proposition de travail. Il s'agit de lutter contre la piraterie des îles barbaresques."

Le commanditaire s'étonna : "Comment ? Mais c'est une tâche insurmontable ! Ils sont innombrables et les îles où ils se cachent le sont tout autant !"

Les aventuriers ne commentèrent pas la perception de facilité ou difficulté du commanditaire et le laissèrent trouver d'autres aventuriers prêts à s'engager pour des mois de travaux d'élevage à haut risque.





Un oxydeur, par Gawain

Artiste : Gawain
Inscrivez-vous à la newsletter: http://eepurl.com/bWdFyv

1 commentaire: