Que la nouvelle année soit enchanteresse

vendredi, décembre 30, 2016 Iris d'Automne 5 Comments

L'année 2016 s'achève et nous vous remercions d'avoir suivi ce blog sur tous ces mois passés. Nous espérons que vous prendrez plaisir à suivre les nouveautés et chantiers en cours en 2017 !

Aujourd'hui, un tour du côté des magiciens bien connus pour être curieux et aimer chercher de nouvelles manière d'utiliser la magie, de la façonner. Dans "Aventuriers" vous aurez les choix entre quatre traditions arcaniques :

- Tradition de l'évocation : spécialisés dans le maniement des sorts d'évocation qui sont essentiellement tournés vers l'utilisation de puissances élémentaires brutes (glace, feu, acide...).

- Tradition du désenchantement : ces magiciens se sont spécialisés dans la résistance et la défense. Ils dénouent, défont, dispersent les pouvoirs ennemis avec aisance et peuvent même détruire temporairement des résistances aux éléments. Les désenchanteurs sont ainsi particulièrement efficients au sein d'une équipe bien coordonnée.

- Tradition de la mystification : maître de l'esprit et des illusions, les mystificateurs sont particulièrement doués pour semer la confusion, troubler, déranger et piéger.

- Tradition des mages de guerre : là où les évocateurs se concentrent sur la puissance brute de leurs sorts, les mages de guerre se rapprochent davantage des guerriers. Ils apprennent à porter des armures et à manier des armes de plus en plus dangereuses, de sorte qu'ils sont capables d'aller en première ligne, sans être handicapés par des considération de portée de cible ou de visibilité.




Une magicienne gnome des îles éoliennes, par Chane

5 commentaires:

La manticore

lundi, décembre 26, 2016 Iris d'Automne 1 Comments


La manticore est une des nombreuses monstruosités composites attribuées à l’œuvre de la sinistre liche Mégare de Cyrillane, à moins qu’il ne s’agisse de l’œuvre d’amateurs ou de certains de ses apprentis ? La noirceur et la corruption de la magie mise en œuvre ont rendu la créature sensible aux impulsions émises par le Chancre.

La nature loyale de cette abomination la distingue par exemple, de l’ours-hibou et de la chimère. Grâce à cette qualité, elle peut être assez facilement utilisée comme gardienne ou force combattante auxiliaire. Son maître doit simplement s’assurer qu’elle sera selon ses goûts-- à savoir qu'elle aime "jouer" avec la nourriture. Beaucoup de sorciers ou seigneurs brigands qui parviennent à un accord avec une manticore ignorent l'influence du Chancre sur son comportement -- ou néglige le danger qu'elle représente. Pourtant les émanations du Chancre peuvent avoir pour effet une désobéissance aux ordres (carnage inattendu) ou bien le fait de se retourner contre ses maîtres en les massacrants et en favorisant l'installation d'un nid pourrissant dans le charnier...

En dépit de son aspect mâle, la manticore pond des œufs de texture souple dans certaines charognes, puis les arrose régulièrement de sang frais. Au sein de cet utérus écœurant, la chose grandit et finit par venir au monde, immédiatement capable de manger de la viande. L'impulsion des manticores à se reproduire est difficile à anticiper et peut s'avérer aussi forte et dangereuse que celle du Chancre... D'ailleurs, la manticore s'allie-t-elle à des brigands, gobelins ou autre troupes maléfiques simplement pour être nourrie, ou bien par calcul, dans l'idée de les utiliser ?



Une manticore, par Gawain

1 commentaires:

Roublarde mère Noël pour vous apporter (ou dérober) vos cadeaux

vendredi, décembre 23, 2016 Iris d'Automne 3 Comments

Bientôt Noël, pensez à surveiller vos cheminées, dès fois que de bonnes surprises s'y présentent ! L'équipe de Dragon vous souhaite de joyeuses fêtes, des fous rires et de bons moments -- ludiques et à table!


En attendant, nous vous présentons une roublarde demi-elfe de la Cité-franche (ses vêtements sont typiques de la région) s'avançant en éclaireuse pour son équipe. Vous pourrez choisir parmi trois archétypes pour cette classe :

- Les voleurs sont connus pour être rapides, agiles, capables de se faufiler un peu partout et d'utiliser des objets magiques -- même s'ils n'avaient pas été initialement conçus pour eux. Même si l'intitulé de cet archétype suggère des activités illégale, les voleurs sont en fait aussi à l'aise pour cambrioler que pour explorer des ruines et servir d'éclaireur à un groupe.

- Les espions peuvent appartenir à toutes sortes d'organisation légale (garde, armée, guilde...) ou non (contrebandiers, secte...) sont spécialisés dans l'observation et peuvent transmettre de précieuses informations à leurs camarades, y compris au cours d'un combat, favorisant ainsi le travail d'équipe.

- Les sicaires ont pour spécialité de se focaliser sur une proie. Ils peuvent être aussi bien assassins que chasseur de prime -- voire investigateur. Ils sont d'une efficacité terrifiante contre leur cible, aussi bien pour la trouver, que la combattre ou résister à ses pouvoirs.



Une roublarde demi-elfe  par Chane

3 commentaires:

Le plan des Gémonies

lundi, décembre 19, 2016 Iris d'Automne 0 Comments

Le pacte entre Givreuse et l'hospodar diabolique Askinos a conduit les diables gelés à garder la prison des Gémonies.

Maître incontesté des kûshu -- les insectoïdes diables de glace-- Askinos est le seigneur de Gémonies, dont la seule limite à la puissance réside dans le pacte conclu avec Givreuse. L’étrange Askinos est un être ni mâle ni femelle dont l’aspect emprunte au squelette, à l’insecte et aux statuettes hiératiques des temples anciens. Globalement blanc-gris, il se dresse avec une dignité glaçante, dardant le visiteur de ses yeux immenses globuleux et entièrement noirs, qui fendent en amande son étroite face dans laquelle on devine de minuscules fentes nasales au-dessus d’une sorte de bec très tranchant. Des ornements chitineux s’élèvent de son crâne et de ses épaules, tandis que le reste de son corps est habituellement entièrement drapé et dissimulé dans une lourde robe cérémonielle évoquant un kimono sur-brodé. Alors qu’il ne parle jamais, ne s’exprimant que par télépathie, il émane de lui une sorte de plainte perpétuelle, comme un gémissement, une supplique désespérée. 

Aucune personne saine d'esprit ne souhaite avoir à faire avec cet être, et même les serviteurs diaboliques de cet abject maître craignent de le voir retirer sa robe de cérémonie car ce geste est le prélude à une horreur sans nom. 

Sous les ordres d'un seigneur qui règne par la toute puissance de sa terreur, les diables gelés manigancent et trafiquent, cherchant à tirer leur épingle du jeu mortifère de ce monde dénué de la moindre pitié.  




GinL nous a préparé cette représentation d'un monde de glace  -- mais pas forcément de la glace d'eau...

D'un peu plus près-- chaque bloc de glace que vous voyez est en réalité une prison.


0 commentaires:

L'amour impossible de la dryade

vendredi, décembre 16, 2016 Iris d'Automne 1 Comments

La dryade est un être féerique qui a la particularité d'être liée à un arbre de sa forêt. Elle en constitue l'essence animée et par extension se pose en défenderesse des bois contre les incursions de ravageurs du Chancre ou les défricheurs qui n'ont aucun égard pour l'équilibre de la vie sauvage.

 Quand il s'agit de dissuader des humains de détruire sa forêt, la dryade utilise volontiers de son aptitude surnaturelle à charmer. Mais parfois la magie dépasse ses intentions et elle fait jaillir une passion amoureuse dévorante qui ôte tout goût de vivre à sa victime, laquelle ne se sent heureuse qu'auprès de sa dame féerique. La dryade, même si elle sait que cet amour est apparu par accident ou par manipulation, se laisse parfois attendrir. Sa vie cependant est bien plus longue que celle des humains -- seuls les elfes ont une longévité comparable à la sienne -- et la perte de l'être aimé est souvent inéluctable.




Une dryade endeuillée par Gawain

1 commentaires:

L'écran Dragon rouge

lundi, décembre 12, 2016 Iris d'Automne 19 Comments

L'illustration de l'un des écrans a été terminée et réalisée par Chane, il s'agit de l'écran "Dragon rouge" qui vous présente une scène de bataille dans le Cyfandir.

Le Cyfandir est le continent de départ -- par défaut -- des aventuriers. Il s'étend des régions polaire jusqu'à des terres de climat méditerranéen. Ces contrées sont d'inspiration "médiéval-fantasy classique" pourrait-on dire : châteaux, mines naines, forêts tempérées... avec plusieurs royaumes et régions aux cultures très différentes. La Cité-franche est une ville-monde portuaire par laquelle des aventuriers et marchands du reste du monde transitent. Il est donc possible pour des individus de tous horizons de se rencontrer là, y commencer leur vie d'aventuriers ou partir vers des contrées plus sauvages.





Et voici un aperçu des étapes de recherche qui ont mené à ce résultat :



19 commentaires:

L'architecte de l'inframonde

vendredi, décembre 09, 2016 Iris d'Automne 3 Comments

Vous vous êtes peut-être demandé comment tant de peuples pouvaient bâtir et évoluer dans les profondeurs de l'inframonde ? Même si ces gens (drows, duergars...) ne sont pas des plus commodes, leur performance force le respect.

Le ver pourpre est la réponse à vos interrogations.

Cet être immense (à la taille adulte, un peu moins quand il est juste vermisseau) a pour particularité d'être capable de créer des tunnels même dans de la roche. Il descend dans l'inframonde profond, remonte à la surface, zig-zague... Parfois même il meurt bêtement noyé, quand il essaie de remonter à la surface en perçant le plancher océanique.

En règle générale, un ver pourpre, même massif, n'est pas un danger car il est omnivore et se nourrit volontiers de matière inerte. Malheureusement, il a des phases boulimiques durant lesquels il a très envie de viande, et dans ces cas là, il se fie aux vibrations et fonce vers sa pitance (illustration ci-dessous de ce type de situation désagréable). On peut supposer qu'il se gave ainsi avant d'aller pondre, mais parmi les survivants à ses attaques, bien peu ont manifesté suffisamment de curiosité pour aller suivre l'immense invertébré dans les entrailles de la terre.




Le ver pourpre par Gawain

3 commentaires:

Des lexiques d'argot des voleurs

jeudi, décembre 08, 2016 Iris d'Automne 3 Comments

Travaillant sur les langues de l'univers, leurs sonorités et système d'écriture dans l'idée d'illustrer la diversité des cultures, je suis passée par une petite phase documentaire concernant les voleurs. J'avais -- voilà plusieurs années déjà -- commencé une collecte d'argot XVIIe-XIXe s. En utiliser quelques extraits est toujours amusant et colore les textes. Comme je ne savais plus exactement quelles avaient alors été mes sources (j'ai manqué de rigueur sur ce point), j'ai opté pour une recherche sur Gallica, car je savais qu'au moins Vidocq avait narré ses aventures hautes en couleur (quitte à les embellir un peu--beaucoup).

Munie du mot-clef "argot" (autant faire simple pour commencer), j'ai découvert quelques ouvrages qui pourraient être utiles aux roublards. Ils sont librement téléchargeables en PDF.

Voici une petite sélection :

Dictionnaire historique de l'argot parisien

Supplément au dictionnaire d'argot fin de siècle

L'argot ancien (jusqu'à la fin du XVIIIe siècle)


Il s'agira toujours -- hélas -- de vocable essentiellement du XIXe siècle. La raison en est très simple : l'argot est un jargon, une langue orale. Ce n'est que tardivement que l'intérêt des lettrés et érudits s'est porté sur ce langage, de sorte qu'il n'y a tout simplement pas (ou pratiquement pas) de traces écrites pour les périodes anciennes, et donc plutôt médiévales qui nous intéressent prioritairement en fantasy. Cela dit, une fois qu'on enlève les références trop modernes il y a largement matière à créer un petit jargon de voleur pour ses parties.





Même les chats des bas-fonds ne sont pas commodes ! 
Illustration de Lison

3 commentaires:

Ange déchu et messagères des hospodars

lundi, décembre 05, 2016 Iris d'Automne 3 Comments

Les erinyes sont des diables à la beauté inquiétante qui laisse penser qu'il s'agit là d'anges déchus. 

Pour les peuples d'Eana, cette perspective est terrifiante. Pourquoi des êtres immortels et parfaits, irradiant le Bien auraient-ils chu ? 

Mais les erinyes sont également considérées avec méfiances par les diables : traître un jour, traître toujours ? ... Et ce d'autant plus qu'il court une rumeur laissant entendre que des diables seraient serviteurs de certains dieux, au moins de Tamerakh -- le destructeur et le libérateur -- et Xonim, la dame de la nuit.

Les grands seigneurs diaboliques, les hospodars ont besoin des erinyes comme messagères et voyageuses. Ils leur doivent les nombreux esclaves qui sont confiés aux bons soins de tourmenteurs terrifiants avant de devenir des lémures, êtres de désespoir et de pure souffrance. Aussi, même si beaucoup se défient, ces magnifiques fiélons ailés continuent de sévir avec une large autonomie.




Une erinye, par Gawain

3 commentaires:

Harharru, le diable des chaînes

vendredi, décembre 02, 2016 Iris d'Automne 6 Comments

Petit aperçu des coulisses de conception... Pour imaginer le design et les aventures liées au diable des chaînes, nous avons puisé dans une matière très sombre, définitivement "dark fantasy". J'ai notamment utilisé la "banalité du mal" théorisée par Hannah Arendt et questionné l'état agentique, c'est à dire le fait de ne pas se sentir responsable de ce que l'on fait de mal parce qu'on estime n'avoir été qu'un simple exécutant. Ah oui, quant au nom du diable des chaînes, nous puisons notamment dans l'akkadien pour concevoir les "vrais noms" et des éléments de terminologie diabolique. Ces sonorités sont élégantes à mon oreille et assez évocatrices.


Serviteurs préférés de Ntadadiph le cauchemar, les diables des chaînes sont par essence des illusionnistes puisant dans les peurs intimes, des tourmenteurs et des gardiens. Cette nature les amène à être parfois au service d’êtres ayant de nobles projets. 

Même un individu anodin peut être amené à accomplir des crimes, pour peu qu’il estime n’être qu’un exécutant. S’il croit en outre que la fin visée est juste et que les moyens utilisés importent peu, alors ses scrupules s’érodent, au point de ne plus rechigner à accomplir de basses besognes. Dans les prisons ou autres institutions fermées, la rigidité du règlement, la toute puissance du personnel encadrant et l’impunité complète en cas d’abus favorisent les persécutions. Tous ceux qui par leur fonction sont amenés à distiller la peur dans le cœur de personnes à leur merci ressentent un sombre frisson et cette émotion se réverbèrent dans l’obscurité du cauchemar. L’hospodar Ntadadiph les reçoit et répond en assignant un harharru ceux qui sont prêts à basculer. Inspirés par le diable, leurs agissements sont de plus en plus durs, cruels, pervers voire sadiques. La relation entre « maître » et « disciple » peut devenir si puissante qu’elle permet au diable d’être invoqué une fois par jour durant une heure. Ce peut-être pour combattre et réduire un ennemi, ou bien pour acquérir un savoir-faire plus approfondi en matière de torture. En croyant lutter contre un simple tortionnaire mortel, les aventuriers pourraient se retrouver confrontés à bien pire ! 

Il existe des rituels de magie noire permettant d’invoquer et lier un ou plusieurs harharrus afin de retenir une créature durant des siècles dans un sanctuaire dédié. Le nombre de gardien dépendrait de la puissance du prisonnier. En théorie, le rituels de la condamnation au mur et aux chaînes pourrait contraindre n’importe qui ou n’importe quoi, mais si les anneaux se brisent, le pire est à craindre…



Un diable des chaînes par Gawain

6 commentaires: