Le Chancre rampant depuis les abîmes

vendredi, septembre 09, 2016 Iris d'Automne 1 Comments

Le Mal dans le monde d'Eana existe sous plusieurs formes, dont les plus célèbres sont les démons de Mélancolia et les diables de la Fournaise. D'autres menaces, telle celle des aboleths ou des rakshasas sont plus insidieuses, mais aucune n'est aussi incompréhensible que le Chancre.

Cet adversaire est décrit dans "Arcanes" au chapitre des plans, car cette chose est suffisamment vaste pour être considérée comme un lieu. D'autres informations figurent dans le "Bestiaire" dans le chapitre décrivant les Ravageurs du Chancre. Il s'agit là de tous les êtres dont l'action est fortement influencée par le Chancre, voire qui y naissent ou s'en nourrissent.

Qu'est-ce d'ailleurs que le Chancre ? 


Les seuls à penser le connaître -- sans avoir été corrompu par lui -- sont les nains gardiens qui le combattent inlassablement depuis des siècles, des millénaires peut-être. Personne d'autre n'est aussi qualifié et capable qu'eux pour résister à l'influence de cette abjection. Mais même eux ne sont confrontés qu'à des rejetons, des sortes de métastases pourrait-on dire, qui se mettent à pousser quelque part et générer des monstres, comme le grick illustré ci-dessous. Le "véritable" Chancre en revanche gît dans les abîmes, dans les profondeurs les plus inaccessibles de l'inframonde.

S'agit-il d'un cancer d'Eana ? Ou bien une entité extra-planaire qui se déverserait depuis un portail Ateak oublié ? Ou bien encore une bouillie malveillante, résultat de la tentative avortée de création d'un dieu ? Les légendes rapportent que l'on pourrait devenir un être divin en triomphant des forges du destin, mais qu'advient-il des ambitieux qui échouent ?

Quelle est l'influence du Chancre ?


De la même manière qu'on ignore la nature réelle du Chancre, son influence est mal comprise. Certains faits sont cependant bien établis.

Le Chancre transforme


Une fois, au cours de la guerre de l'aube, les elfes de la surface voulurent aider les nains gardiens. L'expérience se solda par un désastre cuisant. Une partie des troupes elenion disparurent dans les profondeurs. Personne ne sait ce qui s'est passé précisément mais depuis les drows existent...

Plusieurs peuples de l'inframonde (drows, duergars, svirfnebelins) ont en commun le même teint d'un noir bleuté, et une aptitude bien plus élevée à la magie que leurs cousins de la surface. Tournés vers le Mal ou le Bien, ils ont en commun une forme de dépendance au monde souterrain.

Ces peuples dont l'esprit est constamment menacé par l'influence pernicieuse du Chancre sont assez chanceux, car d'autres subissent des transformations et mutations bien plus horribles. Combattre le Chancre revient à s'exposer à devenir soi-même un monstre !

 Le Chancre corrompt

 On comprend mal l'influence du Chancre sur l'esprit, mais il semble fréquemment susciter certains désirs en particulier. En premier lieu, une faim irrépressible comme chez la bulette qui paraît n'être jamais rassasiée (ou bien comme variante plus raffinée une avidité sans limite) ; ensuite, une attraction particulière pour certains lieux (comment, pourquoi ?).

Ainsi une même contrée pourra-t-elle être la cible de créatures subissant une influence subtile du Chancre (des sorciers, des chimères, des drows...) avant que les engeances spécifiquement générées par lui (ou "ça") n'interviennent.

Les avant-postes du Chancre

Les grick sont les messagers et les sentinelles du Chancre. Ils gardent les abords des avant-poste et peuvent être amenés à voyager dans l'inframonde pour planter un nouveau "germe" de ce qui deviendra un nid chancreux. L'aptitude remarquable au camouflage de ces monstres les rend parfait pour cette tâche. Comme les migrations du Chancre commencent par des départs en masse de gricks, le fait d'en croiser un seul, isolé et perdu, est l'annonce d'une très mauvaise nouvelle à venir.





Un grick, par Gawain

1 commentaire: